Les étudiants du BTS MUC du Lycée Saliège organisent, dans le cadre de la Pastorale, le Concert du groupe GOSPEL PRAISE FAMILY au profit de l’Association VICTOiR, samedi 17 mars 2018 à 20h30 en la Cathédrale Saint-Etienne à Toulouse. Réservez vite votre place ! read more →

CI-JE GIS !

29 janvier 2018

Du 18 octobre 2017 au 14 janvier 2018, le Groupe Merci présentait CI-JE GIS ! au couvent des Jacobins de Toulouse, une installation photographique participative accompagnée de performances théâtrales inédites. Inspiré d’une des pièces phares de Patrick Kermann, La Mastication des Morts,et en écho à la dimension funéraire des Jacobins,CI-JE GIS ! invite le visiteur à une performance théâtrale participative.

Lors du spectacle, les acteurs sont installés dans des cercueils, le spectateur doit alors s’approcher de l’un d’eux afin d’entendre l’histoire que le « mort » raconte. Ces histoires varient de la circonstance de leur mort jusqu’aux anecdotes de leur vie passée en passant par des ragots de cimetière. Il est impossible pour le spectateur d’entendre toutes les histoires, cela permet de faire en sorte que personne ne ressorte de cette performance théâtrale avec la même expérience. L’installation photographique montre des personnes maquillées en morts qui ne sont autres que les spectateurs des différents spectacles, cela permet donc aussi une exposition en constante évolution au fur et à mesure des représentations.

“Jouons du temps, de l’éphémère, jouons de simulacre, d’images,
jouons à faire les morts un instant pour l’éternité d’une image,
comme les enfants jouent avec l’idée qu’ils se font de la mort :
je me couche au sol et hop je me relève !
Soyons les acteurs momentanés d’un jeu intrépide
et redevenons des gamins, gamines malicieux,
jouons dans l’immense salle à manger de nos grands frères Dominicains,
faisons silence comme eux pour toujours,
pour un instant, pour de faux.
Jouons !”
Joël FESEL

Les MANAA vous offrent un tutoriel ‘’Do It Yourself’’ : la recette du papier artisanal !

Mais avant cela, un peu d’histoire…

En peu de mots, on date la création du papier à l’an 105 après JC, en Chine, fabriqué à base de chiffons macérés dans de l’eau. Le voyage du papier jusqu’en Europe a été possible grâce aux Arabes, au rythme de leurs conquêtes. Plusieurs siècles plus tard, en 1450 l’invention de l’imprimerie a entraîné un accroissement de la demande en papier dans le monde entier. Depuis 1845 le papier est fabriqué à partir de cellulose (fibre très abondante dans le bois).

Et maintenant, le tutoriel

Ustensiles / ingrédients

Un bac, une forme (tamis + couverte), des feuilles de cellulose, de l’eau, des feuilles de feutre, des plaques de bois, et de la patience !

La recette

– Préparer la pâte en déchirant des morceaux de cellulose brute dans un bac et le remplir GÉNÉREUSEMENT d’eau.

– Mixer pour enlever le maximum de grumeaux.

– S’assurer que la couverte est bien emboîtée dans le tamis.

– Plonger la forme dans la pâte en position inclinée en y introduisant en premier le bord le plus proche de soi (la bonne rive)

Tutoriel fabrication de papier artisanal par les MANAA de Saliège

– Redresser horizontalement la forme et l’extraire du bac d’un mouvement rapide

Tutoriel fabrication de papier artisanal par les MANAA de Saliège

– Branler (mouvements de va et vient) la forme pour bien répartir la pâte

Tutoriel fabrication de papier artisanal par les MANAA de Saliège

– Cesser les branlements dès la fin de l’égouttement

– Poser la forme et soulever la couverte d’un geste vif pour trancher la feuille (attention aux gouttes qui pourraient abîmer la feuille)

– Coucher la feuille sur du feutre (mouvement de fermeture de porte)

Tutoriel fabrication de papier artisanal par les MANAA de Saliège

– Exercer une pression pour que le papier adhère au feutre

– Relever délicatement le tamis (mouvement d’ouverture de porte)

Tutoriel fabrication de papier artisanal par les MANAA de Saliège

– Poser une feuille de feutre par dessus

– Recommencer jusqu’à obtenir un petit tas de feuilles

– Poser une planche de bois sur le tas et monter dessus afin de presser les feuilles et retirer l’eau

Tutoriel fabrication de papier artisanal par les MANAA de Saliège

– Mettre les feuilles à sécher

Vous pouvez maintenant frimer devant votre entourage avec vos superbes feuilles artisanales !!!

Quelques témoignages

‘’Qu’as-tu pensé de cette expérience ?’’

Cécile : ‘’J’ai bien aimé cet apprentissage, car nous n’avons pas l’habitude de voir (et encore moins de fabriquer) du papier artisanal.“

Manon : ‘’C’est une expérience fort agréable, qui apprend à faire simplement du papier et qui est réalisable par tous. Mais au bout de 2 heures, on commence à avoir mal aux bras …’’

Par Manon Bollaro et Cécile Brochard (MANAA)

 

La classe de MANAA du lycée Saliège a bénéficié d’un workshop de deux jours destiné à l’apprentissage de la reliure, dispensé par Virginie Gregoire-Delory au début de l’année scolaire. Diverses méthodes ont été abordées afin de confectionner des carnets, petits livres et ouvrages en tout genre.

La classe de MANAA du lycée Saliège a bénéficié d’un workshop de deux jours destiné à l’apprentissage de la reliure, dispensé par Virginie Gregoire-Delory

La couture sur ruban

Cette méthode consiste à coudre des feuillets préalablement constitués en petits cahiers, et à assembler le tout à l’aide d’une couseuse. Les différents feuillets sont alignés sur un ruban vertical, et un fil vient relier le tout par une couture « tout du long ». Cette technique est la plus adéquate pour fabriquer des ouvrages d’une épaisseur importante. Une couverture rigide peut être ajoutée à l’assemblage.

La classe de MANAA du lycée Saliège a bénéficié d’un workshop de deux jours destiné à l’apprentissage de la reliure, dispensé par Virginie Gregoire-Delory

La reliure japonaise

Plus simple, la reliure japonaise ne nécessite pas de couseuse. Du fil et une aiguille suffisent, ainsi qu’un poinçon pour percer les trous nécessaires à la couture (dans le cas d’une épaisseur conséquente). Cette méthode consiste à relier les cahiers avec du fil que l’on fait passer dans les trous en créant des motifs et des patterns personnalisés. Elle permet une plus grande créativité.

La classe de MANAA du lycée Saliège a bénéficié d’un workshop de deux jours destiné à l’apprentissage de la reliure, dispensé par Virginie Gregoire-Delory

La reliure sur tiges

Grâce à cette méthode, le carnet est solidement tenu par des tiges enfilées dans le dos de la couverture. Tout d’abord, des pages sont reliées par couture en laissant des onglets dépasser. A ces onglets seront collées des petites bandelettes. Ces dernières seront insérées dans des encoches préalablement réalisées dans le dos de la couverture. On insère ensuite les tiges dans les passants.

La classe de MANAA du lycée Saliège a bénéficié d’un workshop de deux jours destiné à l’apprentissage de la reliure, dispensé par Virginie Gregoire-Delory

Grâce aux conseils avisés et à la maîtrise technique de l’intervenante, toute la classe est aujourd’hui à même de créer ses propres carnets personnalisés dans un but personnel ou professionnel. Ils sont utiles à la mise en forme de notre processus de réflexion quant à un projet donné. Ils donnent un rendu plus fini, soigné et personnel de la démarche artistique de chaque élève.

Par Caroline Linder, Sarah Limondin, Marie Van Acker et Clémence Bourdeau-Herbin

 

Mercredi 4 octobre 2017, nous avons participé à la soirée Clutcho’ organisée autour des arts du cirque à La Gainerie à Balma, plateforme dédiée aux arts du cirque et à l’itinérance. 

Saliège à la soirée Clutcho de la Grainerie

Ce lieu regroupe à la fois des créateurs, des techniciens, des administrateurs mais offre également des espaces d’entraînement, de création et de diffusion.

Saliège à la soirée Clutcho de la Grainerie

Saliège à la soirée Clutcho de la Grainerie

Durant cette soirée, nous avons découvert plusieurs performances artistiques. A l’entrée, un concert avec une danseuse, qui était un aperçu du festival de la Bohème à Muret.

A l’intérieur, un couloir dédié aux créateurs pour l’exposition et la vente de leurs réalisations.

Saliège à la soirée Clutcho de la Grainerie

L’une des créations exposées

 

Au fond du couloir, une salle dédiée à la projection de courts métrages du festival toulousain Séquence réalisés par de nouveaux talents cinématographiques. Ce fut très étonnant !

Saliège à la soirée Clutcho de la Grainerie

Dans la salle principale, un DJ mixait.

Dans une autre salle : une performance de danse contemporaine. Des danseurs s’affrontaient sur des défis chorégraphiés comme l’accélération progressive où le dernier sur la scène était le vainqueur !

Performance majeure de cette soirée : le trapèze grand volant dont il n’existe que deux exemplaires en Europe ! Il était possible de s’essayer à cette activité mais nous n’avons malheureusement pas pu car il était nécessaire de s’inscrire auparavant…

Saliège à la soirée Clutcho de la Grainerie

Très bonne soirée, nous reviendrons !!!

Pour en savoir plus :

 

En MANAA il est important d’être attentif à tout, même à l’infiniment petit. C’est pourquoi Laurence (professeure d’expression plastique) a organisé deux sorties photos sur le thème du détail dans Toulouse, les 13 et 20 septembre 2017.

Par groupe de quatre, nous nous sommes donc rendus en visite libre dans la ville afin de photographier ce qui échappe habituellement à notre regard de simple passant : des murs abîmés, des trous, des tuyaux, des toiles d’araignées ou bien même la symétrie accidentelle de certains bâtiments.

Sortie photo dans Toulouse MANAA Saliège 2017

Sortie photo dans Toulouse MANAA Saliège 2017

Sortie photo dans Toulouse MANAA Saliège 2017

Cette excursion au cœur de Toulouse nous a également permis de découvrir l’architecture de la ville « rose ».

Sortie photo dans Toulouse MANAA Saliège 2017

Mais nous avons aussi fait quelques rencontres inattendues !

Sortie photo dans Toulouse MANAA Saliège 2017

Sortie photo dans Toulouse MANAA Saliège 2017

Ces sorties nous ont permis d’exercer notre œil aux détails autour de sous thèmes que chaque élève a choisis individuellement.

Ainsi, à partir des photos, nous avons réalisé un « leporello » (dépliant en accordéon) en suivant une certaine logique dans notre sélection. Une des contraintes était de s’assurer de la présence de lignes de force qui guident le regard du lecteur à travers les différents clichés.

Sortie photo dans Toulouse MANAA Saliège 2017

Sortie photo dans Toulouse MANAA Saliège 2017

Sortie photo dans Toulouse MANAA Saliège 2017

Sortie photo dans Toulouse MANAA Saliège 2017

Le jeudi 14 septembre la classe de MANAA et celles de Design d’espace ont effectué une visite pédagogique sous la pluie de la charmante commune de Nègrepelisse. Cette excursion avait pour but la découverte des ruines du château historique de la ville ainsi que leur rénovation par l’agence catalane RCR Arquitectes. Cette rénovation a permis la conversion du lieu en un centre d’art et de design appelé « la Cuisine » qui par ailleurs a accueilli du 3 juin au 17 septembre 2017 une exposition appelée « Mme Orain et la mogette magique » réalisée par David Michael Clarke et ses invités.

Visite pédagogique des MANAA et des Design d'espace du lycée Saliège à "la Cuisine" de Nègrepelisse

Tout d’abord la commune de Nègrepelisse doit son nom, dit-on, à la forêt tulmonenque et plus précisément aux bûcherons qui fabriquaient du charbon de bois et qui étaient vêtus d’une pelisse noircie par la poussière.

Réalisé entre 1270 et 1286, le château était une construction royale liée à la fondation de la bastide de la commune avant de devenir une forteresse défensive. Il sera démonté pierre par pierre en 1846.

Les RCR envisagent leur démarche comme un remaniement de plus dans l’histoire du château, une fusion entre l’ancien, le nouveau et le territoire. Le projet consiste en une forme de réhabilitation des ruines au sein desquelles le nouveau bâtiment vient se fondre. Ces architectes sont également à l’origine du musée Soulages à Rodez.

Visite pédagogique des MANAA et des Design d'espace du lycée Saliège à "la Cuisine" de Nègrepelisse

Visite pédagogique des MANAA et des Design d'espace du lycée Saliège à "la Cuisine" de Nègrepelisse

L’exposition temporaire est construite autour de la forme d’un haricot, inspirée de l’architecture de la maison de Mme Orain. La pièce maitresse de l’exposition est une maquette réduite de cette dernière. C’est une structure en bois, elle est agrémentée des œuvres d’artistes qui traitent de l’habitat moderniste et de ses utopies.

A l’origine du projet d’exposition de David Michael Clarke « Mme Orain et la mogette magique », il y a une histoire de fascination. Il a une pratique que l’on pourrait appeler collaborative qui n’est pas sans interroger la question de l’auteur, le statut de l’artiste ainsi que la nature d’un tel projet. La forme chez David Michael Clarke, c’est l’Autre, les Autres ; l’art de générer du collectif, de l’envie commune et des réalisations d’ensemble.

Notre ressenti :
Nous avons trouvé que les RCR Arquitectes ont relevé le défi de rénover le château en prenant en compte son environnement et son histoire. Le résultat est harmonieux et s’inscrit dans le paysage. L’exposition temporaire, quant à elle, nous a moins convaincu par manque d’explications de la démarche de l’artiste.

Mathilde Reynal, Clara Ferrié, Fien Commere, Salomé Bernard.

 

Visite pédagogique des MANAA et des Design d'espace du lycée Saliège à "la Cuisine" de Nègrepelisse

Visite pédagogique des MANAA et des Design d'espace du lycée Saliège à "la Cuisine" de Nègrepelisse

Visite pédagogique des MANAA et des Design d'espace du lycée Saliège à "la Cuisine" de Nègrepelisse

Visite pédagogique des MANAA et des Design d'espace du lycée Saliège à "la Cuisine" de Nègrepelisse

Visite pédagogique des MANAA et des Design d'espace du lycée Saliège à "la Cuisine" de Nègrepelisse

Visite pédagogique des MANAA et des Design d'espace du lycée Saliège à "la Cuisine" de Nègrepelisse

Visite pédagogique des MANAA et des Design d'espace du lycée Saliège à "la Cuisine" de Nègrepelisse

 

Vendredi 9 juin a eu lieu la Fête de fin d’année au lycée post-bac Saliège. Une journée haute en couleurs et en émotions.

Au programme :

  • après-midi sportive (pétanque, foot, rugby, basquet, volley…),
  • messe à 18h,
  • discours pour les départs en retraite de professeurs,
  • bouquet pour les naissances des enfants de professeurs,
  • remise des coupes aux vainqueurs des tournois sportifs,
  • remise des « prix soleil »
  • apéritif dinatoire
  • soirée dansante.

Retour en images sur cette belle journée.

Voici la nouvelle revue de présentation du lycée post-bac Saliège de Balma. Le projet éducatif, les formations, l’internat, mais aussi les moments festifs et les voyages… Vous trouverez ici toutes les informations sur notre établissement.

Téléchargez la revue en PDF (8 MB)

ou feuilletez-la :

 

Les PSI à Tromso

11 février 2016

Dans le cadre de leur formation Physique et Sciences industrielles de l’ingénieur, 38 élèves du lycée Saliège ont passé neuf jours en janvier dans les conditions extrêmes du cercle polaire, à Tromso en Norvège. Le récit de Gérard Garcia, professeur de CPGE.

Hébergés dans des anciennes cabanes de pêcheurs en bord de fjord à 45 minutes de Tromso, les étudiants regroupés par 6 ou 7 étaient autonomes quant à la préparation de leurs repas.

Des baleines à bosse présentes dans ces eaux non glacées grâce au passage du courant océanique le Gulf Stream, venaient quotidiennement chasser le hareng sous nos fenêtres.

Et tous les soirs, des aurores boréales venaient illuminer notre ciel étoilé.

C’est autour d’activités comme la randonnée, l’ascension de cols en raquettes, la randonnée en chiens de traîneaux que notre vie sportive s’organisait.

L’approche scientifique s’est concrétisée par :

  • la visite de l’université de l’Arctique de Tromso où les principes physiques de la diffusion incohérente ont été abordés,
  • la visite du musée de l’université,
  • la visite de l’Institut polaire où des conférences en anglais nous ont permis d’appréhender les recherches effectuées sur les populations d’ours polaire, sur les mammifères marins mais aussi sur la neige
  • la visite du site d’implantation des sondes polaires (Eiscat) où une expérience de radar en cours d’exécution a pu être vécue.

Nos étudiants de la classe de PSI ont pu donc apprendre à vivre ensemble dans des conditions extrêmes afin de s’enrichir et d’améliorer leur force mentale, qualité indispensable dans la préparation et la réussite aux concours.

Mais c’est surtout l’adaptation à cette vie quasi nocturne durant tout notre séjour (nuit polaire) et extrême (températures souvent comprises entre – 20 et – 35°C) accompagnée du spectacle féérique et quotidien que pouvaient nous offrir le balai des aurores boréales et celui des baleines à bosse qui très certainement seront la signature d’une expérience de vie inoubliable.